Musée L'abbé Deletoille

(Armes, faïences, éteins, cartes postales)

 

Fondation Boudenoot
Adresse : 1 Rue du Maréchal LECLERC - 62310 FRUGES

 

Ouvert sur rendez-vous en juin, juillet, et août

Ouvert toute l'année aux groupes et sur rendez-vous
Téléphone : 03.21.04.02.65 ou 03.21.04.50.10

 

Inauguré le 26 juin 1983 par Maître Courtin, Maître Conseiller Général de Fruges, le musée présente la plus grande partie de collections de faïences, étains, cuivres et armes anciennes qu’avait réunies l’Abbé Deletoille et qu’il exposait dans sa maison de la rue des Fontaines.

            Installé au premier étage de la Fondation Boudenoot, au bas de la Grand’Place, le musée a été réalisé par le Syndicat d’Initiative avec l’aide financière de la commune et du Fond d’Intervention Culturelle.

 En souvenir de son généreux donateur, il a été décidé que cette salle d’exposition porterait le nom de « Musée Abbé Delétoille »

            On peut y découvrir plus de 600 merveilles des XVIIIe, XIXe et XXe siècles : des faïences de trente origines différentes, des étains (plats, assiettes, bougeoirs), des cuivres utilitaires et décoratifs, des armes (fusils, pistolets et poignards), des pipes, des chaussures, des outils qui rappellent l’artisanat local.

Plus de 200 cartes postales et documents présentent la ville au début de ce siècle.

            Depuis 1992, le musée s’en enrichi du legs de Monsieur Albert Raoult, Magistrat né à Fruges le 22 septembre 1914, décédé à Arras le 13 février 1990 (faïences, peintures, lithographies, aquarelles, étains).

 

L’Abbé Nestor DELÉTOILLE

Né le 1er février 1887 à Preures dans le canton d’Hucqueliers, il fait ses études au collège St Bertulphe de Fruges, au petit Séminaires de Boulogne et au Grand Séminaire d’Arras. Il est ordonné prêtre le 12 juillet 1912. Mobilisé le 2 août 1914, il est infirmier brancardier sur le front français. En 1916, affecté à l’Armée d’Orient, il part pour Salonique. Démobilisé en 1919, il enseigne pendant 18ans au collège St Bertulphe à Fruges.

            A 50ans, en 1937, il reçoit la charge de 4 paroisses : Canlers, Avondance, Ruisseauville et Planques. Travailleur infatigable, il restaure ses 4 églises, de nombreuses chapelles et édifie 21 calvaires.

            Grand voyageur, il effectue 39 fois le pèlerinage de Lourdes, 3 fois celui de St Jacques de Compostelle. On le retrouve aussi à St Maximin de Rome, au Mont Athos en Grèce, à Jérusalem.

            Passionné d’histoire, il amasse, sans ménager ni son temps, ni sa peine, les objets les plus divers. Ses collections de Christ, de statues, de chandeliers sont impressionnantes (plus de 3000 pièces). Il rassemble aussi nombre de céramiques, étains, armes et objet provenant de fouilles archéologiques qu’il expose dans sa maison de la rue des Fontaines. Dans ce « musée », il reçoit de nombreuses personnalités, la télévision lui consacre même plusieurs émissions.

            Dans la plaine d’Azincourt, il érige un menhir pour commémorer la célèbre bataille au cours de laquelle, le 25 octobre 1415, Henry V d’Angleterre décima la Chevalerie Française de Charles VI. L’inauguration de ce monument est toujours dans la mémoire de ses contemporains.

            Il est mort le 10 juin 1968, à la tâche, comme il le souhaitait. Par son testament, il donnait à l’Institution St Bertulphe les objets religieux de son musée et à la ville de Fruges les autres collections.